Home L'actuA la une Bastard Prod, une success story toulousaine

Bastard Prod, une success story toulousaine

by Sarah Khorchi

Originaires de Toulouse, les membres de la Bastard Prod sont aujourd’hui bien installés dans le rap game indépendant. Retour sur la trajectoire d’un groupe né il y a quinze ans sur les rives de la Garonne.

Bastard Prod sur la scène du Metronum, à Borderouge le 29 novembre dernier (© SK)

Qui sont-ils ? Furax Barbarossa, Toxine, 10 vers, Sendo et Abrazif, plusieurs artistes du milieu du rap indépendant qui se réunissent sous le nom de Bastard Prod en 2005. Cette collaboration a d’abord été à l’initiative de Furax Barbarossa et de Toxine, suite à l’arrêt du collectif toulousain Polychrome 7 qu’ils composaient avec Abrazif et Sendo.

Si l’on se réfère à une interview accordée en 2017 à « Le bon son», c’est en 2003 qu’ils réalisent leur premier son « Belzebuth » sous le nom Bastard Prod – dont le mot « bastard » ne signifie pas « batârd », mais « mélange de races », selon celui que l’on appelle FuFu (Furax Barbarossa). Arrivé à Toulouse durant son adolescence pour ce dernier et résidant à Castelginest pour Toxine, ils gravitent dans les mêmes sphères que 10vers, originaire de la Faourette, membre originellement du groupe Clan D’Instinct. Issus de la même ville et férus de rap enragé, c’est tout naturellement qu’ils se regroupent sous le nom de Bastard Prod.

Ils se limitent tout d’abord à reprendre les titres respectifs de chacun. Ce n’est que le 10 septembre 2017 qu’ils sortent leur premier album « 100 Comme un chien ». Considérés par les amateurs de rap comme des seigneurs de ce style musical, leur plume affutée et aiguisée et leur présence scénique bestiale leur vaut d’être reconnu dans le milieu. Toxine a notamment réalisé l’instru du titre « Délinquant »  du groupe LIM. Furax Barbarossa, quant à lui, est décrit par SCH, le rappeur marseillais, comme l’une de ses références, lors de la promotion de l’album de ce dernier sur le planète rap de Skyrock diffusé le 25 octobre 2018 sur youtube. Le rappeur toulousain y interprète son titre « Mona Lisa », et aura réalisé des interludes de l’album du rappeur marseillais interprétés par José Luccioni, la voix française d’Al Pacino.

Le 29 novembre dernier, la meute jouait à domicile. Annoncé par le Metronum à Borderouge, le concert affiche complet quelques jours avant le concert. Lors de cette soirée, le groupe agrémente sa prestation avec la présence de guests (invités, ndlr). L’Hexaler subjugue l’assemblée par une prestation a capella avant d’interpréter son titre « Nuits Blanches » en featuring avec Swift Guad, rappeur de Montreuil, également de la partie et qui interprète sous les projecteurs bleuâtres du Metronum certains des sons qui ont fait son succès. Le rappeur montpellierain Lacraps, alias l’Enfoiré, effectue son entrée sur scène avec le titre « Dans la marge » en featuring avec Furax et sa voix atypique, aussi déchirée que déchirante. L’Enfoiré aux textes travaillés et au flow carré interprète notamment sa poignée de punchlines au 2,7 millions de vues sur Youtube.

Autres acolytes de la troupe, Jeff Le Nerf et NEKA rappent leurs titres respectifs et se mêlent au groupe par leur featuring. L’énergie dégage une puissance qui embrase la salle. De 20h45 à 23h47, les prestations s’enchaînent et les artistes sautent dans la foule, s’abandonnant à leur public au rythme de leurs sons.

Rappeurs indépendants, à la plume mélodieusement obscure, ces rappeurs suscitent toujours des attentes auprès d’un public qui semble leur être fidèle. Sans signer en major, préservant leur liberté artistique et prônant la créativité plutôt que la productivité, la Bastard Prod et leurs comparses répondent aux lois du marché : ce qu’ils offrent est demandé.

Avis aux toulousain.es : celles et ceux qui sont demandeurs des performances artistiques poétiquement orageuses de la Bastard Prod, pourront les retrouver le 3 mars 2020 au Zénith de Toulouse à 18h00 durant l’événement OZ (Occitanie au Zénith).

0 comment
1

Related Articles

Leave a Comment